Contact Infos

SCPI – investissement idéal pour les non-résidents !

Investir dans l’immobilier en tant que non-résident n’est pas toujours chose aisée. Le stress de la gestion locative à distance arrête bon nombre d’expatriés. Mais, bonne nouvelle, il existe une solution très intéressante pour vous permettre de placer votre argent dans la pierre, en vous garantissant un meilleur rendement qu’un livret bancaire. La Société Civile de Placement Immobilier (SCPI) répond aux besoins des non-résidents. 

.

Qu’est-ce qu’une SCPI  ?

La SCPI, Société Civile de Placement Immobilier, est un placement collectif permettant aux particuliers d’investir des fonds dans un parc immobilier constitué et géré par une société. En clair, il s’agit d’une société qui détient des biens immobiliers dans laquelle vous pouvez investir, c’est-à-dire acheter des parts. 

La société acquiert du patrimoine, le développe, l’entretient et le gère pour le compte des investisseurs. Ces derniers ne possèdent donc pas de biens « en direct », mais des parts de cette société de gestion. Elle génère des revenus versés généralement par trimestre, en fonction des loyers perçus ou des plus-values réalisées lors de la vente d’immeubles.

.

Investir dans une Société Civile de Placement Immobilier, des bons et des mauvais côtés

.

Avantages de la SCPI

Investir dans une SCPI confère l’avantage de pouvoir détenir, pour un prix modéré, des parts de biens immobiliers à haut rendement que vous ne pourriez pas acquérir directement (achat d’un centre commercial, d’un immeuble de bureaux, clinique…). La société déduit des loyers perçus les frais inhérents à la gestion du parc (travaux, assurances, frais de fonctionnement, impôts…) et verse une part des bénéfices à ses investisseurs (entre 4% et 6% nets par an environ).

Lorsqu’on est non-résident, l’un des plus gros avantages de ce genre de placement est bien sûr la tranquillité d’esprit. Pas de locataire à gérer ni de risques de loyers impayés, vous avez l’esprit libre. D’autre part, vous n’êtes pas propriétaire d’un bien immobilier à part entière, vous n’avez donc pas de taxe foncière à payer. Les frais d’entretien et de travaux sont gérés par la SCPI qui prélève directement les sommes nécessaires avant de vous verser vos loyers. 

Par ailleurs, avantage non négligeable pour les non-résidents, les SCPI s’occupent de s’acquitter, pour le compte de leurs clients, du paiement de l’impôt dans chaque pays où les biens sont détenus. Un récapitulatif est envoyé chaque année à joindre à votre déclaration de revenus. 

Attention toutefois, toutes les SCPI ne sont pas adaptées aux non-résidents.

.

Inconvénients de la SCPI

Le premier inconvénient que l’on peut citer pour ce genre d’investissement est son manque de liquidité. Investir dans une SCPI constitue un placement à long terme. Vous devez en être conscient au moment de votre investissement. En moyenne, on conseille une durée d’investissement de dix ans.

D’autre part, il y a un risque de perte de revenus et de capital. Ceux-ci dépendent de l’évolution du marché immobilier, à la hausse comme à la baisse. Il n’y a pas de rendement minimum garanti bien que l’on puisse observer le rendement sur les années antérieures, le passé ne prédit pas le futur. Soyez donc toujours vigilant lors de vos choix d’investissements. Pour plus de conseils, contactez-nous avant d’investir.

.

Bien choisir sa SCPI quand on est non-résident

Il existe plusieurs sortes de SCPI : de rendement, de défiscalisation, démembrée, généraliste ou spécialisée dans un secteur, comme la santé, le commerce de proximité, le bureau, les centres commerciaux… Certaines SCPI choisissent de n’investir qu’en France ou au contraire qu’à l’étranger. Elles peuvent privilégier les capitales ou uniquement les moyennes agglomérations… Il n’est pas évident d’y voir clair. Bien sûr, chacune offre un niveau de risque différent pour un rendement plus ou moins élevé.

Comme dans tous placements, vous devez vous assurer que le rendement espéré est cohérent avec les risques encourus. Certaines SCPI adoptent des stratégies plus sécuritaires en faisant l’acquisition de biens abritant des sièges sociaux ou des centres commerciaux de grandes marques (Crédit Agricole, Carrefour, Danone…). Elles réduisent ainsi le risque de vacances locatives et d’impayés. 

D’autres en revanche, choisissent des stratégies plus agressives et achètent des biens proposant des rendements plus élevés, mais qui présentent des risques locatifs également plus importants (petits commerces, achat d’immeubles vétustes et peu onéreux…). Le nombre de biens détenus est également un critère important. Plus une société possède d’actifs, moins il y a de risques de baisse de rendement lié à des impayés.

Le choix de la SCPI doit être en adéquation avec vos objectifs, vos appétences aux risques et vos convictions. Vous ne devez pas la choisir uniquement sur son rendement, car elle peut également avoir des conséquences fiscales importantes quand on est non-résident.

Vous l’aurez compris, choisir la bonne SCPI dans laquelle investir dépend de beaucoup de critères propres à chacun. Chez VIA UK & IR, nous proposons une analyse de votre situation afin de vous guider dans le meilleur choix pour vos investissements.

 

La fiscalité de la SCPI

Un particulier qui investit ses fonds dans une SCPI sera, en principe (cf. convention fiscale internationale) redevable de l’impôt sur les loyers perçus auprès de l’administration fiscale de l’Etat où les immeubles sont détenus. Ainsi, si vous achetez des parts dans une SCPI dont les immeubles sont en France, vous serez soumis à la taxation des revenus fonciers français. 

Pour rappel, pour un non-résident, le barème est de 20% des loyers + prélèvements sociaux (7,5% pour les contribuables de l’EEE et 17,2% hors EEE).

Cela est à prendre en compte lors de votre étude avant d’investir, car bien que la solution soit intéressante, la fiscalité viendra diminuer considérablement la rentabilité.

Pour les non-résidents, il est donc judicieux de s’intéresser aux SCPI qui acquièrent leur patrimoine hors de France. Puisque la fiscalité est due dans le pays où les biens sont détenus, les revenus ne sont donc plus taxés sur le même barème et ne sont plus assujettis aux prélèvements sociaux. Cette approche permet d’accroître son gain de 17,2% par an minimum. 

Par exemple, les SCPI ayant leurs actifs en Allemagne verront les loyers perçus imposés à hauteur de 15,825% vs 37,2% en France, pour un investisseur résidant au Royaume-Uni.

Afin de faire le bon choix et d’accompagner les investisseurs vers les solutions les plus intéressantes, nous avons sélectionné des SCPI françaises, proposant des stratégies sécuritaires ou agressives, qui investissent dans des biens hors de France. 

Si vous êtes non-résident, ces SCPI internationales sont pertinentes pour vous. Votre objectif est de mieux rémunérer vos liquidités (environ 4% à 5% par an), de prendre un risque maîtrisé ou de ne pas avoir à vous occuper de vos investissements ? Nous vous accompagnons pour trouver la meilleure SCPI dans laquelle placer votre argent.

Lorsque les livrets et placements bancaires rapportent environ 1% par an, la SCPI est donc une bonne alternative avec un rendement moyen de 4 à 5% par an. Pour tirer le meilleur de ce type d’investissement en tant que non-résident, attention toutefois à bien prendre en compte l’imposition de votre pays de résidence et les conventions fiscales internationales. 

Besoin d’informations complémentaires ou d’aide pour choisir votre SCPI, n’hésitez pas à nous contacter !

Cet article vous a été utile ?
Partagez-le :

D'autres articles pourraient vous être utiles :

Vous avez un projet ? Besoin d'informations ? Nous pouvons vous aider, contactez-nous !

fr_FRFrançais